Eric (Créer un compte)

Toutes mes réponses sur les forums

9 sujets de 121 à 129 (sur un total de 129)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Je pense que vous allez en rire #789120
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    et notepad++ permet même de modifier directement en ligne.
    Il a une fonction qui permet de visualiser tes dossiers sur ton hébergement et ensuite d’ ouvrir le fichier choisi. Très utile si tu veux faire une légère modification css, mais à manipuler avec précaution: il vaut toujours mieux faire les grosses transformations en local, d’ abord.

    en réponse à : stages et stages wordpress #789239
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    Je sais qu’ il existe autant de demandes spécifiques que de demandeurs de formations.
    Mais je vais encore vous raconter une expérience personnelle très récente.
    Un organisme semi officiel bruxellois proposait des stages liés à wordpress et drupal. Avec, pour wordpress des niveaux 1 et 2 et drupal, 3. Le professeur se servant de drupal pour finaliser l’ apprentissage et permettre de savoir utiliser un cms. D’ après les textes de présentation, j’ avais compris que le 1 était une introduction montrant comment utiliser le backend pour mettre en place un thème et remplir son site, que le 2 abordait la partie codage, spécifique à wordpress et le 3 entrait vraiment dans la machinerie informatique dédiée au web. Ayant appris que le 2 était annulé faute de participants, j’ ai échangé quelques mails avec le formateur qui m’ a franchement dit que même le 3 était bien en deçà de mes attentes et qu’ il n’ aborderait qu’ un peu de html avec surtout de css.
    Bien souvent les formations ne semblent être faites que pour attirer un maximum de gens et leur fournir les outils de base, sans trop se soucier du côté théorique qui pourrait rebuter.

    D’ un autre côté les tutos sont intéressants, mais à la condition d’ avoir les bases théoriques pour discerner les utiles des inutiles. Je croyais récemment avoir trouvé la solution à un de mes problème et je me suis entendu dire que j’ utilisais un marteau pilon pour écrabouiller un moustique.

    D’ où un réflexe: celui de me documenter, non pas avec des tutos sur internet, mais avec des livres, car, si je ne peux pas le lire complètement dans ma librairie favorite, je peux au moins lire sa table des matières, soupeser son nombre de pages, en lire quelques unes pour me faire une idée du style de l’ auteur, délayé au point de voir Paris au fond de la tasse ou aussi dense qu’ un jus de chaussette, sans être abscons. En y ajoutant la lecture de quelques passages que je juge critiques. Mais des livres sur notre sujet favori, en français, ne sont pas si nombreux que cela.

    Alors comment établir le programme d’ un stage d’ informatique et plus précisément de wordpress? D’ abord je suis bien d’ accord pour dire que de nos jours, le terme informatique recouvre tant de choses différentes (il est bien loin le temps des idées simples) qu’ il est nécessaire de préciser dans quelle niche nous nous trouvons et quel résultat nous voulons obtenir, pour quel niveau.
    Je fais partie de ces gens qui sont fermement convaincus que l’ apprentissage passe toujours par une succession de cycles théorie-pratique. Sans ma base culturelle, jamais je ne me serais lancé dans la lecture d’ un livre traitant de wordpress, ni ensuite mis à éplucher le codex.
    Alors, open source ou non, il existe des personnes qui en maîtrise suffisamment les arcanes que pour pouvoir imaginer une structure de cours et la mettre en pratique.
    A eux de proposer une « table des matières » et de la proposer au public. Et au public de comparer les mérites respectifs de ces différentes « tables des matières » et de choisir celle qui lui conviendra le mieux. Avec le gros avantage de pouvoir questionner le formateur, à la condition de ne pas sortir du sujet.

    Avec cette remarque, en terme de conclusion: j’ ai effectivement commencé par rechercher un template qui ait de nombreuses qualités pour un photographe, notamment une intégration simple de templates flash.
    Mais je m’ en suis juste servi comme d’ un point de départ pour aller bien plus loin, car j’ ai l’ intention d’ en faire non seulement un blog, mais d’ avoir des pages de présentation, une boutique ainsi qu’ un espace membre.
    Ce sera donc quelque chose de très diversifié.
    Et ma recherche n’ est pas typiquement liée à la photo, c’ est à dire le contenu, mais à tout ce qui aide à la présentation, donc le contenant. D’ où mon besoin de théorie.

    en réponse à : stages et stages wordpress #789236
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    Un peu des deux.
    C’ est tout à la fois un cri du coeur lié à une certaine forme d’ énervement et une envie de faire réagir ceux qui me liront.
    Je crois que d’ une discussion passionnée, avec des avis tranchés, peuvent sortir des choses intéressantes, tandis qu’ une discussion très consensuelle peut facilement se terminer en eau de boudin.

    Maintenant je tiens à préciser deux points:

    Des forums tels que celui-ci sont parfaits pour aider à résoudre un problème sur un point précis, tel que celui avec lequel je suis occupé à me débattre à propos de mes pages de catégories. Et j’ ai été très heureux de trouver de l’ aide sous forme d’ explications, de définitions et de bouts de code. Donc, oui, par rapport aux gens qui participent et donnent de leur temps sur ce forum, mes propos sont de la provocation pure et simple.
    Cependant un forum comme celui ci doit rester un lieu de dépannage d’ urgence, un moyen de préciser un point de détail, et non pas un lieu d’ enseignement, du moins tel que je le conçoit.

    Mais…
    Ici je vais en venir à mon cas personnel et tordu. J’ ai une formation d’ ingénieur civil avec une orientation électronique-informatique, parce qu’ à l’ époque l’ informatique n’ était pas encore reconnue comme étant une spécialité, à cheval sur la fin des années 70 et début 80, sans avoir jamais pratiqué. Cela fait loin dans le temps et l’ informatique a évolué à la vitesse d’ un cheval au galop. Mais ce qui n’ a pas changé, c’ est la manière de penser, de raisonner. Ainsi que les bases des langages: variables, fonctions, boucles, conditions,… . Par contre un concept entièrement nouveau pour moi a été introduit: la programmation orientée objet.
    Je suis un photographe et heureux de l’ être, mais je me suis rendu compte que, pour me délasser, me vider l’ esprit, rien ne valait une journée de travail sur du code.
    Je l’ ai déjà dit, je suis tordu.
    J’ ai commencé il y a quelques années avec du html et css, pour joindre l’ utile à l’ agréable et construire mes premiers sites. Il y a deux ans, je me suis intéressé au php, à travers certains sites et livres. Pour en venir à la conclusion suivante: pour être vraiment capable de penser « php », il allait falloir que je suive des cours. Et je me suis heurté à mes premiers problèmes: soit il s’ agissait de cours donné dans le cadre de contrats avec l’ ONEM (agence pour l’ emploi en France), pour permettre à des chômeurs de se spécialiser et ainsi faciliter leur insertion sur le marché de l’ emploi, mais inadapté à mon cas, soit de cours du soir sur un an, très orientés création de sites mais dont les enseignants m’ ont répondu « votre attente va bien au delà de ce que nous pouvons offrir: nous nous limitons à de petits sites en css et html et même ainsi ce n’ est pas évident pour les participants ». J’ ai un peu regardé du côté des écoles supérieures et de l’ université, en ce qui concernait les cours du soir, mais leurs propositions étaient bien trop contraignantes.
    Je me suis donc tourné vers des templates tout faits en flash et paramétrables en xml, en attendant de trouver mieux.
    J’ ai fini par trouver wordpress et ai donc commencé à m’ informer à son sujet. j’ ai acheté un livre, fort bien fait, pensé, conçu, car de zéro, il emmène peu à peu son lecteur au coeur du problème en expliquant tout à la fois la philosophie de la construction, ainsi que du codage de wordpress. C’ est parfait pour débuter, mais pas suffisant pour vraiment jouer avec wordpress.
    J’ ai donc passé du temps à lire le codex, à rechercher des tutoriels en ligne, intéressants mais pouvants être trompeurs, à me demander « mais BO…L, pourquoi ça marche pas!!!!, tout à l’ air juste! » et seulement alors à venir ici pour demande un autre avis médical.

    J’ en viens donc, après ce long mais nécessaire préambule, car il montre mon cheminement, à mon deuxième point:
    Tout ce temps plus ou moins perdu, perdu car si j’ en sais plus sur les fonctions, je ne me sens pas capable de vraiment créer quelque chose, à faire des recherches, à me gratter la tête, à piquer des crises de nerfs, à lire des pages d’ infos pour traquer le petit détail, ce temps je l’ aurais donc volontiers transmuté en une certaine quantité d’ euros au profit d’ un(e) maître(sse) à penser capable de m’ enseigner une méthodologie et de me donner une base suffisamment solide, parce qu’ ayant couvert les différents secteurs du sujet, pour que je puisse me débrouiller seul par la suite.
    Et donc, de créer des workshops, ou stages, pour un Français correct, de différents niveaux, avec un programme disant: voici les prérequis, et, à partir de là, nous vous emmenons jusque’ à ce point.

    En photographie ce genre de pratique est courante. Mais il est certain qu’ elle profite de la vogue que connaît la mise en ligne des photos. Des stages sont aussi organisés pour aider à mieux utiliser des logiciels comme Photoshop ou Lightroom. Il m’ arrive de servir de « conseiller technique » pour des « amateurs » voulant monter une exposition.
    Tout ceci est normal et personne ou presque ne rechigne à porter la main à sa bourse pour payer son écot. Mais il est vrai que lorsque vous mettez sur le tapis l’ environnement d’ un studio pro, un ou plusieurs modèles, avec ou non la présence d’ une maquilleuse, le coût du photographe enseignant est un peu noyé dans le reste qui fait un tantinet poudre aux yeux. Simplement il faut tenir compte du public visé et de sa capacité financière: on ne propose pas un stage « mode » à des débutants, mais plutôt à des photographes experts qui pourront rentabiliser cet enseignement dans leur pratique.
    Le « presque » est lié à un autre phénomène: celui de gens qui oublient que sortir une bonne photo prends du temps et ne s’ arrête pas à appuyer sur le déclencheur. Et à ce niveau là, je pourrais presque réécrire les propos de « fge », en changeant les mots « informaticiens et informatique » par « photographes et photographies ». Mais, étrangement, ce problème est surtout lié à ceux qui ont besoin d’ un photographe et non pas aux participants aux stages. Il m’ est bien sûr arrivé d’ entendre « désolé mais c’ est trop cher pour ma bourse », mais je n’ ai jamais entendu quelqu’ un demander de faire la même chose mais à payer en Radis. Maintenant ces habitudes du monde photographique sont peut-être difficilement transposables dans celui de l’ informatique.
    Il y a aussi probablement un plus grand mélange entre « amateurs » et « professionnels » au point que la frontière entre les deux soit on ne peut plus floue: des amateurs ont une certaines reconnaissance parce qu’ ils ont franchi les portes de galeries que des professionnels ne franchiront jamais. Mais je m’ éloigne de mon propos.

    Quant à payer pour une formation informatique, peut-être suis-je une exception, mais je le ferais bien plus volontiers qu’ en photographie (où je commence doucement à basculer du côté des donneurs de cours), car cela me permettrait de gagner beaucoup de temps et parce que c’ est une chose qui me tient à coeur: fabriquer un site suivant mon idée. J’ ai pris l’ habitude de tout faire moi-même car si c’ est plus simple que d’ expliquer ses idées à quelqu’ un d’ autre, il y a aussi le plaisir lié à la créativité. En ce qui concerne la charte graphique, je travaille avec des graphistes, parce que je sais que ce domaine ne correspond pas vraiment à ce que je sais faire. Donc là aussi je paie pour leur travail. J’ ai toujours eu horreur du marchandage, mais là aussi suis-je peut-être un cas particulier.

    Et pour terminer par là où j’ ai commencé:
    Oui il y avait de la provocation dans cette phrase.
    Un de mes amis me dit que lorsque je manie l’ ironie et la provocation, je ne me contente ni d’ un marteau, ni d’ une masse, mais que j’ ai plutôt tendance à prendre, d’ entrée de jeux, une bombe atomique, pour mieux, soit laisser sans voix, soit faire réagir.
    Mais dans cette phrase, il y a un fond de vérité. En tant que photographe j’ ai fréquenté, ces dernières années, un certain nombre d’ informaticiens. Et j’ ai pu constater qu’ au contraire des photographes ils sont bien peu prolixes sur leur passion et avares de conseils (prière de ne pas prendre cela personnellement et surtout pour les membres conseillants de ce forum, ici je généralise).
    Mieux encore: lors d’ une journée « portes ouvertes d’ ateliers d’ artistes », j’ ai eu l’ occasion de montrer à un photographe amateur, que j’ avais d’ abord rencontré sur FB, puis ici et là lors de rencontres entre photographes, comment vraiment et efficacement utiliser lightroom, logiciel de catalogage et développement (pub gratuite). Dans la discussion, j’ apprends qu’ il est informaticien, chose qu’ il ne crie pas sur les toits dans le milieu photo. Suite à une grosse panne, je fais appel à lui et le paie suivant son devis. Un peu plus tard, nous nous retrouvons autour d’ une tasse de café et la conversation tourne autour de la photo et j’ y vais donc de mes tuyaux. Croyez vous qu’ il m’ aurait payé de retour avec quelques tuyaux informatiques? Que nenni.
    Ce n’ est pas tout à fait un cas isolé et je ne sais si j’ ai tort ou raison de généraliser.

    Merci à ceux qui sont arrivés à cette ligne sans en sauter une seule. Ils ont eu bien du courage.
    Dans ce long texte, j’ ai tenté d’ expliquer ma pensée initiale et de la développer, tout en répondant à Guy et FGE.
    je dois encore préciser un détail que ceux qui ont eu du courage, ont probablement deviné: j’ ignore tout de ce qui peut concerner les formations informatiques aux particuliers en France ainsi que des habitudes Françaises (ou Suisse ou Québecquoise ou de tout autre pays Francophone, excepté le mien), puisque j’ habite en Belgique.
    Et donc analyse une situation en Belgique.

    Eric

    en réponse à : pages, catégories, articles et article seul #786794
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    ou de donner une définition à chaque fois, mais cela devient vite fastidieux

    Mais en math pure, on commence toujours avec deux choses: les axiomes et les définitions, histoire de savoir où on met les pieds et ne pas mélanger torchons et serviettes.🍺
    Je sais que pour beaucoup, jouer avec le codage internet relève un peu de l’ empirisme, mais moi, j’ aime ça, les définitions. :codex: et :blini: J’ ai ainsi de bonnes bases à partir des quelles je peux poser les questions suivantes, curieux invétéré que je suis. :faq: et :résolu:

    au fait j’ aime les :boulet: sauce lapin 😇

    Eric

    en réponse à : pages, catégories, articles et article seul #786792
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    @pierre de lune:
    je me suis informé de manière un peu plus approfondie sur les pages de catégories et ai trouvé un tuto qui m’ a permis, d’ abord de mieux comprendre ce dont il s’ agissait, et ensuite de créer des « catégories de posts » (http://net.tutsplus.com/tutorials/wordpress/rock-solid-wordpress-3-0-themes-using-custom-post-types) en fonction de leur utilisation dans mon blog.

    @tous:
    La première et plus intéressante partie est donc liée à l’ usage de la fonction  » register_post_type( ‘blog’ , $args ) » dans le code:

    add_action(‘init’, ‘blog_register’);  
    function blog_register() {  
            $args = array(  
                ‘label’ => __(‘blog’),  
                ‘singular_label’ => __(‘blog’),  
                ‘public’ => true,  
                ‘show_ui’ => true,  
                ‘capability_type’ => ‘post’,  
                ‘hierarchical’ => false,  
                ‘rewrite’ => true,  
                ‘supports’ => array(‘title’, ‘editor’, ‘thumbnail’, ‘comments’)  
               );  
          
            register_post_type( ‘blog’ , $args );  
        }

    initialement le paramètre ‘comments’ ne s’ y trouvait pas mais comme, dixit le codex, il est utilisable, je l’ y ai ajouté car…
    Je me heurte à un problème incompréhensible. D’ après ce que j’ ai compris, l’ argument ‘supports’ correspond à ce que je trouverai dans mon backend lorsque je cliquerai sur « add article » de la catégorie « blog », mais si j’ ai bien l’ éditeur visuel ainsi que le titre, je n’ ai ni thumbnail, ni possibilité d’ autoriser ou refuser les commentaires. Pire: lorsque je clique, en haut de page, sur « options d’ écran », j’ ai deux pelé et trois tondus options, alors qu’ avec articles « normaux » il y en a plein, plein plein.
    J’ ai donc du rater une marche quelque part, mais j’ chai pa souuuuu… .
    Le reste du tuto parle de création de meta-box, pour ajouter certaines informations, mais, si j’ ai bien compris ce que cela signifie, puor une imagette, cela ne sert à rien, puisque natif.

    Donc, après avoir cherché l’ erreur, je fais appel à l’ équipe.

    Encore une remarque: grâce à ceci, il m’ a suffit de créer des pages single-typedepost.php pour que la bonne single arrive avec la bonne page de catégorie.

    Voilà, j’ espère avoir gardé le style vivant et un peu sauvage en respectant mieux les formes.

    en réponse à : pages, catégories, articles et article seul #786791
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    ok, merci pour ce lot d’ infos.
    @chouf
    Et désolé si j’ ai été un peu brutal à cause de ton post, un tantinet à l’ emporte pièce, me renvoyant au b.a.ba du codex. C’ est aussi un tantinet de ma faute.
    Ce que tu peux apprendre de moi, en regardant mon site, est que je suis un photographe. Et à par cela… pas grand chose.
    Mais voilà, je triche. Je l’ ai fait durant ma reconversion artistique, je le fais encore maintenant (et encore tu n’ as jamais vu mon avatar, mais je sens que si je m’ incruste ici il va apparaître) en donnant une sensation d’ artiste anar et déjanté, mais voilà (y a personne d’ autre qui regarde?), à cheval sur les années 70 et 80, j’ ai fait ingénieur civil avec une très nette orientation électronique et informatique. Mais je n’ ai jamais pratiqué. Mais cela m’ a appris à d’ abord faire un tantinet de théorie, avant de me lancer.
    Donc, si j’ ai quelques problèmes avec les « détails » des langages, je sais réfléchir en termes de zéro et un. Et comprendre. :codex::codex:

    Mais tout ceci est :hs:

    Eric

    en réponse à : pages, catégories, articles et article seul #786787
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    @ chouf
    sais tu, deux fois, qu’ une bonne bière bien de chez nous porte ton surnom?, mais un rien de conseils pratiques aurait été bien plus agréable et utile. Ou alors un lien de théorie précis, avec explications à la clef.
    Je me demande si tu as même jetté un oeuil sur le lien, sinon tu te serais rendu compte que je me suis déjà sérieusement documenté, mais qu’ je manque de conseils pratiques.


    @lumiere
    de lune
    merci pour l’ information.
    Mais alors il y a une chose que je ne suis pas sûr de comprendre le terme « page de catégorie ».
    Les pages « a propos » et « zone client » sont donc deux pages de catégories, parce que construites à parties d’ une catégorie d’ article et le is_category devrait s’ utiliser sur cette page. Quant à tester la catégorie d’ un article, donc dans la page single.php, cela se ferait avec in_category( ‘catégorie 1’ or ‘catégorie 2’ or,…).

    Je vais tester ma condition avec ces nouvelle données.

    Merci,

    Eric

    en réponse à : fichiers photos et métadonnées #775429
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    je ne parlais pas des exifs, ni des iptc qui sont conservées.

    Si, dans un dossier, j’ ai un lot d’ images à trier sur mots clefs, cela m’ est impossible car l’ uploadeur de wordpress les élimine. Et si je télécharge mes images par ftp, c’ est la base de données de wordpress qui les ignorent. J’ ai vu un plugin qui « scannait » un dossier photo et les ajoutait à la base de données mais j’ ai des doutes sur son fonctionnement.

    La seule option à laquelle je pense en ce moment est de télécharger mes images en y ajoutant des mots clefs enregistrés dans une table spécialement créé pour l’ occasion.
    En fait la structure actuelle du site va évoluer vers quelque chose de plus complexe. Il y a en ce moment une page « galerie » qui ne délivre que du contenu fixe. Mais avec quelques mots clef, un tri sur les photos pourrait être fait et la galerie flash délivrerait un contenu dynamique via une feuille xml, écrite via un script php. D’ un autre côté viendra s’ ajouter une page « magasin » qui sera la partie vente du site.
    D’ où la nécessité de faire du tri via des mots clefs. J’ ai fait un peu après ce premier message, une recherche dans les plugins en utilisant les mots clefs « exiff », « iptc », les deux joints et finalement « keyword », mais rien d’ intéressant n’ est sorti.
    J’ ai fait une recherche dans les fonctions PHP pour voir ce qui existait de ce côté là et qui me permettrait de lire des mots clefs enregistrés dans l’ image (je sais c’ est hors sujet), et n’ ai rien trouvé.

    Et pourtant flickr le fait. Donc c’ est faisable.

    Bref, puisque tu es aussi photographe, fais un jour l’ expérience. Tu mets quelques jpeg dans un dossier avec lightroom, tu vérifie que les mots clefs sont bien là. Tu les uploads sur wordpress via l’ uploader, tu ouvres ton client ftp pour les rapatrier, tu les réimportes dans Lightroom et… abradabra, plus de mots clefs.

    Eric

    en réponse à : Lier Une Categorie Portfolio A Une Page #786645
    ombres-et-lumieres
    Membre
    Chevalier WordPress
    147 contributions

    Bonne nuit les petits 😇

    je me greffe sur cette discussion car elle est le début de mon problème. Mon site (http://www.ombres-et-lumieres.eu/a-propos) se découpe en deux parties: des pages de présentations, comme un site normal et un blog.
    Pour éviter les menus déroulants, j’ ai fait le choix d’ utiliser des catégories spécifiques pour des pages spécifiques: tout le blabla de la page ‘a propos’ et une page d’ accès verrouillés pour des clients. Pour résoudre le problème j’ avais vu un template utilisant la fonction « query_posts » dont j’ ai usé et abusé. J’ ai aussi créé trois fichiers-templates différentents (a_propos.php, zone_clients.php et blog.php). Cela me conduit à trois pages de type blog, dont deux sur fond noir et une sur fond blanc.
    Le problème qui en résulte est que chacune débouche sur la même page « single.php » qui décrit un article seul. Un même fichier pour deux mises en pages différentes.
    J’ ai donc imaginé le code suivant:

    ….qui ne fonctionne pas, j’ ai toujours le fond blanc de base 😗:fire:

    je sais avoir l’ esprit tordu, mais il me semble que l’ idée est bonne.

    @ lumière de lune: avant d’ écrire ceci, j’ ai lu ton article sur les pages, catégories et article.
    mais il y a une chose que je ne comprends pas, lorsque tu parle de « créer un autre fichier dans le thème, appelé category-xx.php avec l’id de la catégorie à la place de xx et le tour est joué. « 

    Par exemple pour la partie client j’ aurais du créer un fichier category-clients.php? mais ensuite, avec quoi je me le rempli mon panier php? :search:

    Autre expression qui me travaille: « category-slug.php »
    En fait j’ ai déjà vu ce terme « slug » dans le codex, en faisant une recherche sur include. (fonction get_template_part( $slug, $name )). Mais je sors du sujet. Cependant, je serais heureux d’ avoir une définition de « slug »

    Merci à tous d’ avoir lu mon verbiage jusqu’ au bout

    Eric

9 sujets de 121 à 129 (sur un total de 129)